Pour visualiser correctement ce blog, utiliser de préférence les navigateurs gratuits Firefox ou Chrome (avec Internet Explorer, certains textes ne s'affichent pas correctement)

mardi 27 novembre 2018

Nouvelles du loup…

Allumettes Loup et Agneau (SEITA)
Lors de la réunion du Comité Scientifique et Technique du Grand Site Sainte-Victoire, le 20 novembre 2018, plusieurs informations ont été données sur la présence du loup dans le massif. La représentante du CERPAM a confirmé plusieurs attaques sur les troupeaux ovins du versant nord, mais estimé que les mesures de prévention possibles, en particulier chiens patous et grillages électriques, seraient mal perçues par les randonneurs. La présence permanente de meutes se confirme. M. Frégeac, maire de Peyrolles et président du GSSV, a indiqué qu'environ 30 moutons ont été tués lors de deux attaques sur le Concors, classées cependant en "loup non exclu" selon la terminologie de l'Office de la Chasse. Les bergers sont remboursés dans ce cas pour le bétail mort, mais pas pour les autres impacts (stress, désorganisation du troupeau etc.)*. Le projet de bergerie / chèvrerie qui devait s'établir au cœur du Concors va se replier sur la plaine de Durance, dans un secteur moins menacé. Des prises de vues automatiques ont été mises en place pour apercevoir le loup… M. Laurent Coursol, Président de l'ASV, a recueilli des excréments de loup… M. Cheylan (président du Conseil Scientifique Régional du Patrimoine Naturel) a plaidé pour une hiérarchisation des usages, sachant que le loup est utile pour la biodiversité, mais que les moutons le sont aussi pour entretenir les espaces ouverts. Enfin, le représentant du Loubatas (gîtes écologiques) a proposé un débat dépassionné entre partisans et adversaires du loup, projet souvent évoqué par l'ASV dans le cadre de ses conférences publiques.
 (B. de Saint-Laurent, ASV)

*En plus, il faut se décarcasser pour les carcasses… Témoignage de Jean-Michel Gauthier, éleveur de chèvres à Vauvenargues (selon France Bleu Provence, 24 septembre 2018) : ''J'ai suivi toute la réglementation possible pour protéger mes bêtes des loups, et les loups m'en ont mangé trois. Il a fallu que je retrouve les carcasses, sur plus de 100 hectares, avec une pente infernale'', explique t-il. Si Jean-Michel insiste autant pour retrouver les restes de ses bêtes, c'est qu'elles sont indispensables à un éventuel remboursement. Une fois les bêtes retrouvées, l'éleveur fait appel à un lieutenant de louveterie qui détermine si la morsure est bien causée par un loup sauvage. ''C'est tellement difficile, tellement de stress et de travail en trop', s'attriste Jean-Michel, visiblement ému. Je languis la retraite''.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire