Pour visualiser correctement ce blog, utiliser de préférence les navigateurs gratuits Firefox ou Chrome (avec Internet Explorer, certains textes ne s'affichent pas correctement)

lundi 27 septembre 2021

Point sur le dossier « Venturi » des éoliennes du Haut-Var

Pour ceux qui ont raté les épisodes précédents, l’ASV a décidé de se joindre à une action concertée menée par un collectif d’associations sous la responsabilité de Sites et Monuments (SPPEF), afin de tenter de contrer le projet d’éoliennes érigées en plein confinement à l’est de Ste-Victoire (11 km du Pic des Mouches pour les plus proches, d’ailleurs situées en zone Natura 2000). Notre association n’est pas forcément contre l’énergie éolienne, mais regrette cette implantation dans la proximité immédiate du Grand Site Concors Sainte-Victoire, d’autant que ce projet s’est affranchi des autorisations environnementales nécessaires. Il fonctionne actuellement sous un régime d’autorisation provisoire accordée par le Préfet du Var, lequel a demandé à l’opérateur de fournir au plus vite l’étude d’impact environnemental qui fait cruellement défaut… Cette étude aurait été produite, mais n’a pu à ce jour être communiquée aux associations malgré un recours auprès de la CADA.

La bataille juridique engagée par ce collectif (« Venturi ») continue. Une double victoire a été acquise en février 2020 en 1ère instance, puis le 31 mars 2021 en appel - annulant l’autorisation d’exploiter. L’opérateur, qui n’en a cure, a alors décidé de se pourvoir en cassation devant le Conseil d’Etat -nouvelles dépenses à prévoir pour les associations, qui représentent un peu le pot de terre contre ce pot de fer qu’est un projet industriel de près de 100 millions d’euros. Il est loin d’être certain que les associations réunies dans Venturi gagnent -contre l’industriel et l’Etat- mais leur combat présente un grand intérêt symbolique sur un territoire où fleurissent les projets solaires ou éoliens, le long d’une ligne à très haute tension reliant la Durance à St-Maximin. Il s’agit d’éviter en particulier un effet de domino, avec la multiplication de projets d’énergie « verte » sur des zones peu denses, dotées d’un foncier parmi les moins chers en Europe, mais bénéficiant encore d’une « virginité » paysagère favorable à l’écotourisme.

Grâce à certaines ressources de mécénat et à l’image exceptionnelle de Sainte-Victoire, le collectif Venturi a été en mesure d’organiser une contre-attaque qui devrait prendre plusieurs formes : 1. préparer une réponse juridique très argumentée au pourvoi en cassation ; 2. lancer différentes actions de communication, localement et nationalement (par exemple, réalisation d’un clip vidéo dénonçant le projet, multiplication des infos dans les médias nationaux et locaux cf. par exemple cet article) ; 3. réaliser un sondage local sur l’acceptation sociale du projet (sur le modèle d’un sondage similaire en 2020 dans le Morvan avec OpinionWay) ; 4. poursuivre certaines recherches sur les atteintes à la biodiversité, avec des scientifiques reconnus ; 5. étudier l’économie et la rentabilité du projet (qui en profite réellement ? quel est le bilan énergétique réel du projet, sur son cycle de vie complet ?). D’autres champs d’action sont envisagés, par exemple dans le domaine de l’événementiel.


Pour le moment, l’action Venturi est pilotée par 5 associations, Sites et Monuments, Vents de Colère (associations nationales), Association pour Sainte-Victoire, Union Départementale Vie et Nature / FNE 83, et Sauvegarde des Paysages de Cézanne (associations locales). Mais une douzaine d’autres associations soutiennent cette action. Un pré-sondage en cours (vous pouvez répondre sur ce lien) témoigne déjà, à une écrasante majorité, du rejet par les populations locales des éoliennes d’Artigues et Ollières. Un nouvel administrateur de l’ASV, habitant à proximité (Rians), Marc-Antoine Chavanis, assure la maîtrise d’œuvre d’une grande partie du programme Venturi, en lien avec Sites et Monuments.

(Bénédict de Saint-Laurent, administrateur ASV)

dimanche 26 septembre 2021

Une expo très (trop!) éphémère sur l'eau et la route Cezanne au Canal de Provence

 A l'occasion de la fermeture exceptionnelle de la route Cezanne ce dimanche 26 septembre 2021 après-midi, des animations et expositions sont prévues le long de la route (mais souvent hélas annulées, la météo ayant pris très au sérieux ce choix du thème de l'eau !).

La route Cezanne en 1902 (Fonds Ely)
Il faut saluer ce qui est en fait une ouverture de la route aux piétons, une petite demi-journée par an... il s'agit de la première réédition depuis 2016, grâce à la nouvelle municipalité du Tholonet. A ce propos, on rappellera que l'ASV est favorable à un cheminement piéton continu le long de ce très étroit CD17 (fréquenté par de nombreux scolaires, randonneurs, scouts, pèlerins...), avec des arrêts de bus trop distants. Notre association milite également pour l'extension de cette "sanctuarisation" de la route Cezanne jusqu'à St-Antonin et même Puyloubier, alors que des constructions malencontreuses la bordent parfois... (et que le classement Malraux a été abandonné pour "toilettage des classements inutiles" au profit d'un hypothétique SPR -site protégé remarquable, que l'on attend toujours !).

La Route Cezanne au printemps 1948 (fonds Ely)
Le dimanche 26 septembre 2021, dans l'enceinte du Moulin à huile du Canal de Provence, il a été possible à quelques privilégiés de contempler un extrait des fonds de la famille Ely, photographes à Aix depuis 1895... Deux sujets étaient abordés à partir de 32 photos (un peu petites, hélas, mais remarquables) : l'eau à Aix et ses environs; la route Cezanne.

Malgré des recherches sur le site de l'ARCT et du Canal de Provence, il n'est pas possible de savoir si cette exposition va rester ouverte quelque temps au public, et selon quels horaires. Dommage ! Nous rectifierons si cette info est diffusée...

(Bénédict de Saint-Laurent, ASV)

samedi 28 août 2021

Découvrez les résultats du week-end national de comptage des oiseaux des jardins de janvier 2021

La LPO publie sur ce lien les résultats du traditionnel comptage des oiseaux de jardin réalisé en début d'année. Ce comptage est utile pour donner une idée de l'évolution de la biodiversité et surtout sensibiliser le public sur l'importance de l'avifaune. Plus de 17 000 jardins ont participé à la campagne de cette année. Les Bouches-du-Rhône ne brillent pas par leur présence (154 jardins, contre 1072 dans le Calvados, par exemple !)... Nous pouvons faire mieux !

Résultat peu surprenant, la mésange charbonnière vient largement en tête des observations, sur plus de 500 000 oiseaux observés (cf. top 3 ci-dessous au niveau national).
Le prochain comptage aura lieu les 29 et 30 janvier 2022, occasion de se rattraper !
(Transmis par LPO-PACA)

vendredi 4 juin 2021

Un documentaire d'intérêt exceptionnel sur les éoliennes

Le discours d'Etat sur l'énergie éolienne passe de plus en plus mal. Le présupposé des amoureux de la nature (dont nous sommes!), à savoir énergies renouvelables = énergies vertes = énergies vertueuses se révèle de plus en plus discutable. 

Faisant oeuvre utile, l'association Documentaire et Vérité vient de mettre en ligne (le 1er juin 2021) un film remarquable et très argumenté (près de 2 heures !) qui tord le coup à la pensée écologique "classique" sur les éoliennes, film visible sur ce lien. Face aux lobbies et aux fonds d'investissement (qui recherchent dans les zones sauvages et à faible densité de Provence ou des Cévennes des terrains peu chers pour déployer leurs centrales), il est important que les citoyens s'engagent pour que nos élus -si sensibles au vent de l'opinion (au point que certains sont qualifiés de girouettes !) - tiennent enfin compte des réalités, et non d'un récit imaginaire bien ficelé...

Documentaire et Vérité est une association à but non lucratif, dont l’objectif est le financement participatif de documentaires basés sur des faits vérifiables et des experts reconnus, accessibles gratuitement et diffusés en ligne.

Selon son site, "le modèle du financement participatif garantit l’autonomie économique et la diffusion en ligne prémunit de l'ingérence éditoriale. Ce savant mélange permet de se concentrer uniquement sur l’analyse rigoureuse des sujets traités, sans avoir à se soucier de politique. Les faits, seulement les faits, quitte à détromper nos propres préjugés."

(Bénédict de Saint-Laurent, administrateur ASV, à titre personnel)

lundi 31 mai 2021

Un parcours de peintre qui s'est intéressé, entre autres, à Sainte-Victoire


Du 29 mai au 10 juin 2021, 35 ans après sa première exposition au Moulin Cezanne, Bénédict de Saint-Laurent revient dans ce lieu emblématique pour y présenter une centaine d'œuvres. 
Huit thèmes sont évoqués dans ce parcours, par exemple la nature, l'Afrique, la femme, l'abstrait, ou Sainte-Victoire.

Le peintre, ingénieur et économiste au service du développement, a habité et exposé sur quatre continents, en revenant à chaque fois à son lieu d'attache de Saint-Antonin. Il en ramène une palette originale et colorée, avec un regard souvent amusé ou décalé sur ce qu'il a pu observer... 

Accompagnée d'une muséographie explicative présentant l'intention de l'auteur sur chaque thème, l'exposition est l'occasion d'un parcours pictural autour du monde. 

  • Moulin Cézanne, 13100 le Tholonet. Entrée gratuite de 11h à 19h tous les jours (interruption entre 13:30 et 15:00)
  • Contact : 06 83 49 02 27

[Mis en ligne par Bénédict de Saint-Laurent. C'est difficile d'être à la fois le journaliste et l'artiste !]


mardi 27 avril 2021

Assemblée générale annuelle de l'Association pour Sainte-Victoire (ASV) le 28 avril 2021 à 18:00

L'ASV tiendra son AG annuelle 2020 (plusieurs fois repoussée à cause de la crise sanitaire) le mercredi 28 avril 2020 de 18 à 20:00 par visioconférence.

Cette réunion est ouverte aux membres adhérents (qui seuls peuvent voter) mais aussi aux autres personnes intéressées. Dans ce cas, merci de contacter rapidement l'association sur courriel.asv@gmail.com pour obtenir le lien de connexion.

L'ordre du jour peut être consulté sur ce lien. Le principal document soumis à l'approbation de l'AG (outre le rapport moral du Président et le rapport financier) est le rapport d'activités, qui fournit certains détails sur les actions menées par l'association en 2020 et peut être consulté sur ce lien. Un compte rendu, ainsi que le diaporama présenté en séance, seront mis en ligne ultérieurement sur ce site.

(Au nom du CA, le Président de l'ASV, Laurent Coursol)

dimanche 18 avril 2021

Neige tardive le 17 avril 2021

Au Prieuré (Photo Amis de Ste V.)
Rare pour un 17 avril, une neige fragile est tombée sur les hauteurs du massif. Le Prieuré a été légèrement poudré. Il semble que le Pic des Mouches ait été un peu plus saupoudré. Une autre photo montre les crêtes balayées par le vent et la brume. Dimanche 18 avril, cette neige tenait encore sur le haut du versant nord.



Neige sur la crête le 18 avril (Ph. Cedric Grein)
Cette saison météorologique est curieuse. Elle fait suite à une année 2020 extraordinairement sèche. Il n’existe pas hélas de station sur Sainte-Victoire (nous le regrettons !), mais la station la plus proche (Trets) n’a reçu que 415,8mm de pluie en 2020 (contre 900,8 mm en 2019 et 805,6 mm en 2018). Il n’y est tombé que 82,8 mm de pluie pendant le premier trimestre 2021, ce qui est très peu.

Neige au Pic des Mouches depuis l'Etang
Par contre, l’hiver a été plutôt froid, avec plusieurs épisodes neigeux (peu durables). Le vent d’est a souvent soufflé, mais ce génois a apporté de la pluie en Languedoc, peu en Provence. Les arbres portent les stigmates de ce manque d’eau : branches terminales desséchées, feuillage plus rare, mort de certains pins ou chênes. Certaines fleurs (turbith par exemple) ont perdu leur couleur peu après la floraison. Le gué du Bayon a Saint-Antonin est resté sec tout l’hiver. 
Blizzard sur la crête (Ph. transmise par Marc Lassalle)
Tous ces signaux sont inquiétants, même s’il vient de pleuvoir près de 50 mm en avril 2021 (jusqu’au 18). Il faut à présent espérer que le printemps soit plus arrosé que l’hiver, malgré l’envie de soleil de presque tous les visiteurs du massif…

(Bénédict de Saint-Laurent, Saint-Antonin)

mercredi 7 avril 2021

Eoliennes d’Ollières et Artigues : victoire des associations en appel

L’arrêt de la Cour Administrative d’Appel de Marseille rendu le 31 mars 2021 tranche en faveur des associations, en particulier en confirmant la non-validité des autorisations données à l’opérateur des éoliennes, du fait du manque d’études d’impact environnemental. On trouvera sur ce lien le jugement de la CAA.

Sainte-Victoire cernée d'éoliennes (photo X?)
L’opérateur Provencialis ira certainement en cassation (Conseil d’Etat), mais il est possible que les associations aient gain de cause dans cette enceinte. Ce combat sur la « mère des éoliennes » est important, pas tant pour ce dossier que pour la dizaine d’autres projets accrochés de part et d’autre de la ligne très haute tension entre Ginasservis (Cadarache) et St-Maximin (éoliennes et champs photovoltaïques). Tous ces projets produiront très peu d’énergie en définitive, mais créeront une coupure irrémédiable à l’est de Ste-Victoire, dans des espaces largement vierges, en totale contradiction avec le schéma régional de cohérence écologique, à prendre en compte dans les SCOT. Chaque champ solaire gèle 5 à 30 ha, totalement déboisés, et ensuite traités chimiquement pour éviter plantes et insectes… c’est une sérieuse atteinte à la biodiversité, ainsi qu’au paysage, qui ressemblera dans quelques années à la Costa del Sol avec ses serres à perte de vue.

Il serait souhaitable de créer une sorte de « Conservatoire des espaces de l’arrière-pays » (cf. Conservatoire du Littoral), car des groupes internationaux achètent en force le foncier (très peu cher en France, avec nos densités faibles, et des espaces naturels déserts qui ne produisent guère) pour profiter des conditions tarifaires favorables aux énergies dites « vertes ». Les éoliennes d’Artigues et Ollières ont déjà été revendues deux fois, à Eco Delta, puis à un fonds irlandais.

Dans ce contexte, les 14 associations qui se sont associées aux recours déposés par Sites et Monuments vont tenter de muscler leur action. Un plan de bataille pour une action de sensibilisation et de mobilisation des populations concernées a été mis au point. Outre la cagnotte existante sur Leetchi, qui a permis de recueillir près de 3 000 € de la part de plus de 100 donateurs, un premier financement majeur de 50 000 € a été trouvé par l’ASV auprès d’un mécène américain (et habitué des luttes écologiques), Michael Bond. Pour des raisons pratiques et pour bénéficier de l’antériorité des actions lancées par Sites et Monuments, ces fonds seront administrés par cette dernière association, en lien avec ses partenaires locaux.

La pétition de 2020, toujours d’actualité, et signée par plus de 21 500 personnes, mérité d’être relancée après ce succès. Elle reste donc à signer et faire signer par ceux qui sont convaincus sur ce lien.

Le combat de l’ASV et de ses partenaires contre les moulins à vent a changé d’âme. Le vent est en train de tourner... Les populations commencent à réagir contre le fait que les éoliennes et centrales solaires industrielles se répandent rapidement dans l’arrière-pays provençal ou cévenol. Ces projets trop nombreux sont vraiment dommageables pour le paysage et pour la biodiversité. En outre, ils constituent une aberration financière, puisque le courant produit est racheté près de 3 fois le prix au marché spot (c’est le consommateur qui paie la différence). Du fait de l’intermittence, de l’extensivité de ces énergies dites « vertes » (qui sont diffuses par nature), et de leur faible rendement, l’efficacité est très limitée. Il faudrait 650 éoliennes de 2 MW et 135 m de haut, comme celles installées à l’est de Sainte-Victoire, pour remplacer une seule tranche nucléaire de 1 300 MW. Le coût du programme éolien français jusqu’en 2030 est du même ordre que le coût du programme électronucléaire passé, soit 80 à 90 milliards d’euros, mais pour produire 5 fois moins d’électricité ! C’est cher payer la transition énergétique, sans compter l’effet désastreux sur le CO2, avec un recours inévitable aux énergies fossiles quand le vent ne donne pas, comme en Allemagne… De plus en plus d’articles dans les médias locaux ou nationaux font état de cette prise de conscience de l’opinion.

(Bénédict de Saint-Laurent, administrateur, ASV)

lundi 5 avril 2021

Le passage par Bimont fermé du 6 au 19 avril 2021

Dans le cadre de travaux de renforcement et de sécurisation de l’alimentation électrique de la Région SUD Provence-Alpes-Côte d’Azur, Enedis réalise des travaux de pose et d’enfouissement d’une ligne électrique à Haute tension au travers du massif de Sainte-Victoire, en passant par le barrage de Bimont. Cette opération nécessite, pour des raisons de sécurité, une fermeture complète des accès à la crête du barrage du mardi 6 avril au lundi 19 avril 2021, week-ends inclus. Tout passage, piéton, vélo, véhicule sera impossible et strictement interdit. En concertation avec la Société du Canal de Provence, le Grand Site Concors Sainte-Victoire et le Conseil départemental des Bouches-du-Rhône, Enedis placera des panneaux d’information sur les parkings du massif et sur les chemins de randonnées afin de prévenir les randonneurs de cette fermeture et leur permettre d’anticiper un nouvel itinéraire.

Dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire lié à l'épidémie de covid-19, rappelons que le site du Prieuré est totalement fermé au public jusqu'à nouvel ordre, de même que la Maison Sainte-Victoire.

[information sur Bimont régulièrement mise à jour sur le site bimontfaitpeauneuve.com]

jeudi 4 mars 2021

Deux nouveaux chantiers de réhabilitation ponctuelle des sentiers en mars

L'ASV vous invite à participer aux travaux d’entretien de travaux d’entretien du sentier de l’Oppidum le samedi 13 mars 2021. Il faut profiter du non-confinement  et la météo sera a priori très favorable ... 

Le rendez-vous est prévu à 9:00 au parking des Deux Aiguilles. Des outils et gants seront mis à disposition des bénévoles. Prévoir une pique-nique et de l'eau par contre...Merci de faire part à Jean-Paul Bouquier de votre participation éventuelle !

Autre chantier, mercredi 3 mars, un petit groupe de 7 volontaires , dont 2 jeunes cafistes, ont travaillé à renforcer les évacuations d’eau sur le chemin de la Marbrière, en réalisant une petite dizaine de déviations obliques en pierre et terre (voir photo de l’un de ces monticules). 

Espérons que ces petits ouvrages seront respectés par les 4 x 4 des autorités, les VTT, les chevaux de la garde départementale et autres usagers… Ils contribuent fortement à éviter l’érosion sur cette piste parfois pentue et creusée par le passage puis le ravinement… Nous attendons toujours les autorisations du Département, en principe favorable, pour ces interventions. Rappelons que les tracés sont souvent fragilisés par une fréquentation excessive ou anarchique, qu'il est bon de consommer la montagne, mais aussi de l'entretenir, et que tous ces sentiers, balisages, petits aménagements sont un bien commun apprécié de beaucoup !

(B. de Saint-Laurent, St-Antonin)

mercredi 3 mars 2021

Point sur le dossier des éoliennes du Haut-Var

Eoliennes devant Sainte-Victoire (photo transmise par D. Bonfort)
Ce projet (maintenant une réalité, avec des éoliennes en plein fonctionnement, voir photos) est l'objet de beaucoup d'articles ou communications dans les médias (Le Figaro, 20 minutes, RTL, France Bleue Provence etc.). Il s'agit souvent de réactions à une tribune publiée par Le Figaro contre le projet, signée entre autres de Stéphane Bern. 

Le moral des opposants au projet est remonté à la suite d’une décision de justice ordonnant le démontage d’éoliennes en Languedoc (voir ce début d'article

Cependant, concernant le Haut-Var, l’actualité immédiate est plus préoccupante :

  • L’exploitant (Provencialis) a déposé un recours contre la décision du Tribunal Administratif de de Toulon qui annulait (il y a un an) l'autorisation d'exploiter. Ce recours sera examiné lors d’une audience publique le vendredi 19 mars 2021 (nouvelle date) à 11:00 de la Cour administrative d'appel (CAA) de Marseille (le jugement étant attendu un mois plus tard, avec une issue incertaine). Les associations qui contestent la légitimité du projet (lequel n’a pas produit les études d’impact requises), dont l’ASV, seront représentées par Me Monamy, au nom de Sites et Monuments, qui coordonne l’action judiciaire.
  • Plusieurs autres projets importants ont été déposés ou sont en préparation sur ce territoire du Haut-Var (ouest) quelque peu abandonné aux promoteurs énergétiques, en particulier d’énormes champs photovoltaïques. Peu à peu, un paysage similaire à la Costa del Sol espagnole (avec ses hectares de serres) se met en place, y compris dans des zones Natura 2000 ou des secteurs à protéger au titre de la trame verte et bleue (biodiversité). Le plus souvent, ces installations conduisent à geler le sol sur des dizaines d’hectares pour éviter insectes et plantes. Une barrière artificielle se construit ainsi peu à peu entre A8 et le Val de Durance à l’est de Sainte-Victoire, au mépris du schéma régional de cohérence écologique et des SCOTs.
  • La justification des propriétaires et communes est connue : en dehors des coupes de bois, de la vigne et de la chasse (ou encore des permis de construire…), ces forêts et taillis du Haut-Var n’ont guère de rentabilité et constituent une lourde charge. C’est pourquoi nous estimons qu’à l’instar de ce qui se passe pour le littoral (avec le Conservatoire), l’Etat et les collectivités territoriales devraient s’engager sur la maîtrise foncière de ces espaces, au lieu d’encourager béatement des énergies nouvelles qui ne sont pas aussi vertes qu’espéré…
  • Beaucoup de domaines changent de main et sont acquis par des groupes internationaux qui ne cachent pas leur intention de faire de l’argent avec cette ressource assez rare en Europe que sont des espaces délaissés… Pour ne prendre que l’exemple des éoliennes d’Ollières et Artigues, nous avons appris que la Société Provencialis a été dissoute et que ses droits ont été repris fin 2020 par Eco Delta. Puis qu’un fonds irlandais reprenait à son tour le parc éolien (voir cette info ici). Il en est de même pour plusieurs domaines viticoles qui passeraient au photovoltaïque.

Les éoliennes et un champ solaire (photo transmise par D. Bonfort)
Dans ce contexte, il est plus important que jamais, pour ceux s’opposent à ce projet, de signer la pétition à laquelle s’était associée l’ASV et de rester vigilant sur ce qui est en train de se passer dans la toute proximité de la montagne Sainte-Victoire.

Pour être tout à fait objectif, la position des associations est assez inégale concernant les éoliennes. Les associations environnementales y sont traditionnellement favorables, l’éolien étant considéré comme une énergie verte, vertueuse et alternative au nucléaire. Mais le vent (c’est le cas de le dire) est en train de tourner, avec la prise de conscience des atteintes au paysage, du surcoût économique énorme de cette solution, et de l’inadaptation aux besoins de masse (intermittence, faible productivité etc.). Certaines grandes associations nationales restent favorables à l’éolien (France Nature Environnement) ou ne l’attaquent pas frontalement (LPO), malgré d’importantes dissidences locales. La pétition contre le projet du Haut-Var est soutenue par 14 associations, mais en revanche plusieurs associations membres de l’ASV n’ont pas souhaité se prononcer, comme les Amis de Ste-Victoire ou l’AEP. Il y a débat au sein même du CA de l’ASV, certains considérant que la transition énergétique vaut bien de sacrifier un peu d’argent public et de beauté paysagère… (en gros, produire un KWh éolien revient 5 fois plus cher que son équivalent nucléaire ; l’Allemagne a sérieusement dégradé son bilan CO2 depuis l’abandon du nucléaire, à cause de la remise en service de centrales à énergie fossile en l’absence de vent). A chacun de se positionner dans ce débat fortement symbolique...

(Bénédict de Saint-Laurent, ASV)

dimanche 28 février 2021

Une petite encyclopédie sur Sainte-Victoire

L’association Alpes de lumière (créée en 1953) publie des ouvrages remarquables pour faire connaître les richesses du territoire de l’arrière-pays provençal. Elle a programmé la parution du livre " Sainte-Victoire de A à Z - La montagne de Cezanne", ouvrage rédigé par M. Jean-Paul Chabrol (en souscription au tarif réduit de 25 € jusqu'au 30 mars 2021) pour avril 2021.

Le document consultable sur ce lien (avant-propos et table des matières) donne un premier aperçu appétissant de cette petite encyclopédie (forcément limitée, mais avec 108 entrées tout de même !) sur Sainte-Victoire et ses environs.

Si nous restons circonspects sur la cezannite aigüe et commerciale actuellement en vogue, nous ne pouvons être que très favorables à tout ce qui améliore l
a connaissance, la pédagogie et le partage de savoirs concernant la montagne. Nous découvrirons donc avec plaisir le livre de M. Chabrol…

(B. de Saint-Laurent, info transmise par Daniel Rozec, Grand Site Concors Sainte-Victoire)

vendredi 5 février 2021

Travaux d'entretien du sentier du refuge Baudino - samedi 6 février 2021

Le sentier d'accès au refuge Baudino (Amis de Sainte-Victoire)
L'ASV vous invite à participer aux travaux d’entretien ce samedi 6 février 2021 de 9:00 à 16:00, pour une reprise des chantiers bienvenue après une longue période d'interruption due au contexte sanitaire.

La météo sera a priori très favorable par rapport à ce qui est annoncé pour le lendemain dimanche.

Le rendez-vous est prévu à 9:00 au parking du Saut du Loup (ou de la Torque selon la dénomination adoptée par le Département, mais le panneau a disparu). Des outils et gants seront mis à disposition des bénévoles. Prévoir une pique -nique et de l'eau par contre...

Merci de faire part à Jean-Paul Bouquier de votre participation éventuelle !

Pauvre Mont Ventoux !

Pour la deuxième année, l’Office National des Forêt est 
chargé de brûler à l’aide de chalumeaux une douzaine d’hectares de végétation sur la partie sommitale de cette montagne quasi mythique…

On rappellera que cette même remarquable administration, créée au XVIIème siècle a réussi à partir du milieu du XIXème siècle à reboiser ce magnifique massif et on ne peut que s’étonner qu’elle soit chargée de s’opposer à la lente et difficile “colonisation par des pins à crochets et les genévriers communs” sur la partie sommitale. Mais le plus surprenant est la rationalité avancée: “Redonner au Géant de Provence son aspect minéral et favoriser les pelouses d’altitude”.

Une telle action, “intégralement financée par l’Etat et l’Union Européenne ” qui défie le sens commun, est bien évidemment réalisée aux frais des contribuables…. et de l’environnement tant il est vrai que l’enfer est pavé de bonnes intentions illustrées par le projet de Parc Naturel Régional.

Ajoutons que la protection du loup qui envahit progressivement le massif est encouragée par les mêmes technocraties et menace l’élevage ovin pourtant lui même subventionné.

Avec de tels amis, le Ventoux n’a pas besoin d’ennemis !

("Coup de gueule" de Max Falque, un ancien habitant du Tholonet -ce message date un peu, mais nous a été envoyé avec les vœux de 2021. Ceci dit, des pelouses d'altitude peuvent se justifier pour certaines espèces, par contre le souhait parisien d'un sommet minéral énerve sur place...)

jeudi 14 janvier 2021

Retour du berger

Ou plutôt de la bergère (courageuse, car après la neige, le mistral pique !). Installé depuis Noël à Beaurecueil, ce troupeau d'environ 150 moutons, quelques chèvres, 2 ânes et un mulet est monté à Saint-Antonin depuis quelques jours et pour au moins 2 mois. Une convention avec la mairie a été passée avec une redevance symbolique de 0,15€ par hectare (0,10€/ha en secteur soumis à l'ONF), de façon à entretenir les quelque 300 ha de prés entre le Bayon et le piémont de Sainte-Victoire. Pour le moment, le loup se tient tranquille...

(B. de Saint-Laurent, St-Antonin)

jeudi 7 janvier 2021

Episodes neigeux successifs

Alors que l'hiver 2019-2020 avait été particulièrement doux, l'hiver en cours se caractérise dans le massif par des températures plutôt basses (souvent négatives) et par des chutes de neige assez fréquentes. La neige n'est pas vraiment abondante, elle concerne plutôt les crêtes, sauf pour la période des 8, 9 et 10 janvier 2021. Le gel rend dangereux plusieurs tracés, surtout à la descente (par exemple le tracé noir par le Garagaï, cf. photo d'un groupe le 3 janvier 2021).

Ces précipitations font au moins deux catégories d'heureux, les possesseurs de SUV et autres 4x4 qui viennent s'amuser sur les routes enneigées et les climatosceptiques, dont le parti pris est renforcé (malgré l'annonce que l'année 2020 a été la plus chaude jamais enregistrée). Pour les agriculteurs, le froid serait bon également pour créer un arrêt végétatif et éliminer toutes sortes de parasites...

(B. de Saint-Laurent, St-Antonin)


mardi 29 décembre 2020

Une fibre indispensable…

Le village de St-Antonin devant absolument se connecter à la fibre*, le CD 17 a été longuement coupé ou entravé par des travaux pendant près de 2 mois. Rien à voir avec les coupures (déjà irritantes, mais brèves) imposées par l’Iron Man ! Une précédente fibre avait été posée il y a une quinzaine d’années par un chemin buissonnier (tracé jaune entre la route et le tracé marron), mais son fourreau ne pouvait servir pour des raisons pas totalement éclaircies**. Toujours est-il qu’une mince tranchée a été creusée du côté droit en descendant de St-Antonin à Beaurecueil. Rappelons que ce rainurage (et les plaques métalliques posées tous les 300 m côté descente) constituera un danger pour les nombreux deux-roues qui fréquentent la côte de St-Antonin -surtout depuis l’expansion exponentielle des vélos électriques… Il aurait été moins dangereux côté montée. 

Ces travaux feront du chef-lieu de St-Antonin et du Bouquet des hameaux bien connectés, quand les terminaisons de ce réseau auront pu être réalisées. Par contre, certains écarts comme Bayle, où la connectivité est faible selon les habitants, ne semblent pas devoir bénéficier d'une extension du réseau avant un certain temps.

(B. de Saint-Laurent, St-Antonin)

* Déclaration d’un élu. Bernanos avait un avis contraire, lui qui affirmait qu’un homme gagné par la technique est perdu pour la liberté.

** Deux explications différentes ont été données successivement : les plans de la 1ère installation auraient été perdus ; puis, non ils n’ont pas été perdus, mais le 1er réseau était professionnel et le nouveau servira les particuliers. C’est vrai que St-Antonin (village-dortoir pour l’essentiel des actifs, plus retraités et résidents secondaires) fourmille d’entreprises et de professionnels…

lundi 30 novembre 2020

Coupure de la route Beaurecueil-Saint-Antonin

Des travaux sont en cours entre le carrefour de Beaurecueil et la mairie de Saint-Antonin pour enterrer les fourreaux devant permettre le passage de la fibre optique. Voici l'information donnée (dimanche 29 novembre en début d'après-midi, soit un peu tard car beaucoup de véhicules étaient engagés sur cette section de route) par le maire de St-Antonin :

"L’arrêté interdisant la circulation sur la route départementale D17 sur la section comprise entre Coquille et le croisement de Beaurecueil est applicable jusqu’au 23/12/2020 [avant-veille de Noël]. L’accès aux riverains est possible à condition qu’il ne compromette pas la sécurité des usagers et la bonne exécution du chantier.

Au cours des travaux de pose des chambres, la circulation a été possible, mais il n’y pas eu que les riverains qui ont emprunté la route. Il en est résulté quelques frictions entre usagers impatients et personnel du chantier. La Gendarmerie a dressé une vingtaine de procès-verbaux pour non-respect de l’arrêté.

Les jours derniers, la route a été barrée temporairement pour la phase de déroulement des fourreaux dans la côte de Saint-Antonin, puis en aval du croisement du Bouquet, l’encombrement des matériels ne permettant pas le croisement.

Pour ce week-end et les jours prochains, il a été décidé, en concertation avec les services du Département et la Gendarmerie, de ne pas ouvrir les parkings du Bouquet et de l’En-Chois pour éviter l’afflux de véhicules sur un tronçon de route accidentogène. Par contre, les parkings sont réouverts à Roques-Hautes, à la Maison de Sainte-Victoire, aux 2 Aiguilles et au Chinois [et à Saint-Ser]. La circulation pour tous les usagers est tolérée entre Coquille et Saint-Antonin et entre le croisement de Beaurecueil et l’entrée de Roques-Hautes. La Gendarmerie fait la police dans la mesure de ses moyens….

La réalisation de la tranchée sur le bord de la route commencera lundi 30 novembre dans la journée à partir de Saint-Antonin. Durant cette opération, la voie sera fermée tronçon par tronçon. Il faut compter 3 jours de travail pour réaliser la tranchée de Saint-Antonin au Bouquet. La circulation sera normalement impossible sur ce tronçon du lundi 30 novembre au mercredi 2 décembre 2020 si tout se passe au mieux. Le passage ne sera pas possible hors des horaires du chantier pour les 2 premiers jours au moins, la trancheuse restant sur la voie durant la nuit.

Puis une bonne semaine sera nécessaire pour réaliser la tranchée du croisement du Bouquet au croisement de Beaurecueil. Sur ce tronçon, il se pourrait que la circulation reste « entrouverte » dans les secteurs où la largeur de la chaussée le permet."

Pour aller randonner (dans la limite des 3 heures…) sur le versant sud de Sainte-Victoire dans le secteur de la Croix de Provence, il faut passer par Rousset et la ferme de Coquille, ou aller jusqu’à Puyloubier, et revenir vers Saint-Antonin.

Dans la côte de St-Antonin, l'implantation des chambres (boîtiers de connexion de la fibre) est hélas située à droite en descente, parfois à proximité des virages. Ces virages, qui restent longtemps à l'ombre en hiver, sont déjà glissants avec l'humidité et le verglas. Les plaques métalliques vont augmenter le danger pour les 2 roues, très présents (vélos et motos). Malgré leur rugosité, elles sont souvent des pièges - à cause de la condensation qui se forme sur cette paroi froide. La municipalité a indiqué qu'il n'était pas possible de modifier cette implantation, en arguant d'un problème de rayon de courbure minimal à respecter (en réalité le même, que la fibre soit posée à droite ou à gauche, car les virages en épingle sont symétriques).

Concernant la précieuse ligne de bus 110 (Aix-Le Tholonet-Beaurecueil-St-Antonin-Puyloubier), l'exploitant a publié un communiqué précisant la déviation de l'itinéraire par la RD7 : "Suite aux travaux sur la route Cézanne (départementale 17), les arrêts « le Bouquet » et « Maison sainte Victoire » ne pourront pas être desservis par la ligne 110 "Puyloubier - Aix" jusqu’au 23/12/2020. Merci de vous reporter à l'arrêt du "Lavoir" à Puyloubier ou "Gautier" à Beaurecueil." Saint-Antonin n'est donc plus desservi pendant près de deux mois...

(B. de Saint-Laurent, habitant de St-Antonin; photo de Cédric Grein)

dimanche 8 novembre 2020

Nouvelles observations sur les mouflons de Sainte-Victoire

Mouflons à manchettes en versant sud (JP. Bouquier)
Ces animaux sont souvent détectés par les grimpeurs ou les parapentistes. Une observation faite par Jean-Paul Bouquier juste avant le confinement de novembre 2020 montre que le troupeau du versant sud est plutôt en croissance, malgré les prévisions pessimistes de Bernard Comte qui, lors de la conférence ASV sur le loup, voyait dans la présence des loups une forte menace. On distingue sur la photo 22 individus, dont deux mâles et deux jeunes de l'année. Selon J.P. Bouquier, cette croissance du troupeau n’est pas très réjouissante pour les sols et la végétation au pied des parois. Le troupeau, qui vit très groupé (peut-être justement pour se défendre), laisse des traces d’érosion bien marquées.

Plusieurs questions sont fréquemment posées sur ces mouflons : d’où viennent-ils ? Depuis quand? De quoi se nourrissent-ils et où trouvent-ils à boire sur le versant sud? Comment les apercevoir sans les déranger ? Quel est l'intérêt de ces troupeaux?

L'origine de la présence de "mouflons" en France continentale remonte à près d'un siècle, quand l'Etat, nouveau propriétaire du domaine de Cadarache, créa en 1924 un parc de repeuplement de 150 hectares pour le gibier. Selon Wikipedia, "les premiers animaux furent des cerfs Sika offerts à la France par l'empereur du Japon, puis des mouflons corses en 1935, populations toujours présentes. Les premiers individus de la population de mouflons devaient être offerts en cadeau au roi Alexandre Ier de Yougoslavie lors de sa visite en France en 1934, mais celui-ci fut assassiné après avoir débarqué à Marseille. En 1935, l'État a installé l'École nationale des garde-chasses dans le château de Cadarache, sous l’impulsion du directeur des chasses présidentielles".

Mouflons dans la montagne d'Artigues (G. Cheylan)
Les lâchers de mouflons méditerranéens (Ovis musimon), en provenance essentiellement de Corse (région de Bavella) pour Cadarache, ont été poursuivis après guerre, avec une bonne acclimatation à la Provence. Selon l'Office National de la Chasse, la motivation était essentiellement cynégétique, même si certains scientifiques mettaient en avant la volonté de protéger le mouflon de Corse à partir du continent : "les artisans du développement de cette faune ont été les forestiers et des chasseurs interpellés par la disparition des grands ongulés. Le mouflon leur est apparu comme un gibier complémentaire potentiel, pouvant occuper une niche considérée alors comme vacante". Du fait de croisements avec d'autres types de mouflons (Sardaigne, Tchécoslovaquie et même réserves ou zoos), la population de ces animaux est hybride. La motivation de certains croisements semble davantage liée à l'amélioration du trophée (forme des cornes) qu'à l'adaptation au milieu… Selon Gilles Cheylan, "l'espèce est présente en Sardaigne et en Corse, où elle a été introduite au néolithique, sa répartition d'origine étant le Moyen-Orient. C'est l'ancêtre du mouton domestique, domestiqué au même endroit il y  a 10 000 ans". On trouve de ces mouflons, plus colorés et à corne très enroulée, dans l'arrière-pays, en bordure du Grand Site.

Mais le mouflon de Sainte-Victoire (Ammotragus lervia) provient visiblement d'une autre origine. Ce mouflon à manchettes est originaire d'Afrique du nord. Il est décrit dans une étude assez récente (téléchargeable sur ce lien). La seule différence marquée par rapport à cette étude tient à la taille des troupeaux, plus proche dans le massif d'une vingtaine d'individus que d'une dizaine. Dans Sainte-Victoire, selon Gilles Cheylan, "l'espèce provient sans doute de la chasse privée du Grand Sambuc, enclos clôturé de 650 ha, d'où elle se serait échappée". Pour les scientifiques, la présence de ces animaux "exotiques" n'est pas forcément souhaitable, car elle concurrence d'autres espèces et fragilise le milieu. Certains pays envisagent même une éradication. 

Les mouflons à manchettes du massif (environ 70 selon certains comptages) se sont constitués en plusieurs troupeaux sur les deux versants, avec une mortalité faible (très peu de squelettes découverts, à notre connaissance). En piémont sud, les mouflons séjournent au-dessus du tracé marron, près des éboulis ou sur les dalles arborées difficiles à atteindre (cote 600 à 800 m pour la plupart des observations). Il est probable qu'ils franchissent parfois la crête. Ils restent prudemment groupés. Certains mâles sont impressionnants.

Mouflons à manchettes en versant sud (JP. Bouquier)
Les mouflons satisfont en majeure partie leur besoin en eau par l’absorption de végétaux frais, de feuilles humidifiées par la rosée et, dans une moindre mesure, en s’abreuvant (flaques, trous d'eau). Ils n'ont pas été observés au Bayon. Ils ont également besoin de sel (qui facilite la rétention de l'eau), probablement obtenu en léchant certaines pierres (selon Vincent Varlet, une source potentielle serait le gypse que l’on trouve par endroits en pied de versant, dans le vallon du Trou par exemple, mais les mouflons descendent-ils aussi bas?). Enfin, il est souhaitable de ne pas chercher à les approcher, ni de les déranger, mais de s'en tenir (comme les parapentistes ou les grimpeurs) à une respectueuse observation à distance…

(Article rédigé par B. de Saint-Laurent, à partir d'observations de Jean-Paul Bouquier , Michel Laurent, Marc Lassalle, Vincent Varlet, tous ASV, – et corrigé par Gilles Cheylan)

jeudi 24 septembre 2020

Eoliennes, suite et fin (provisoire)?

Sainte-Victoire cernée d'éoliennes (Photo Marc Antoine Chavanis)
Un article qui doit être publié par la revue Sites & Monuments de la SPPEF (la plus ancienne association de sauvegarde du patrimoine en France) propose un bilan de la bataille perdue pour annuler ou limiter le projet d'éoliennes d'Artigues et Ollières dans le Haut-Var (cliquer sur ce lien). Il est donc possible dans notre pays qu'un projet qui n'est pas en règle avec les prescriptions environnementales, qui s'est vu opposer un arrêté municipal exigeant l'arrêt des travaux, qui a hélas connu un mort sur le chantier, soit en définitive "toléré" par les autorités de tutelle… Certes l'opérateur, qui a fini d'installer ses 22 éoliennes et procède actuellement à des essais, aura l'obligation de soumettre avant mai 2021 une étude d'impact environnemental enfin conforme. Cela impliquera une enquête publique, qui sera l'occasion de nouvelles protestations, mais il y a bien peu de chances que les objections diverses au projet aboutissent à son arrêt ou à sa limitation.

Vues de l'est (côté Var), les éoliennes entourent donc à présent Sainte-Victoire (voir photo ci-dessus de Marc Antoine Chavanis). Elles sont très visibles depuis la crête du massif, l'oppidum de St-Antonin, ou même le Collet Blanc de Subéroque, avant de plonger vers St-Ser et Puyloubier.

Une bataille perdue certes, mais aussi une prise de conscience de certains habitants, certaines associations, certains élus comme le nouveau maire d'Ollières. Nous regrettons l'absence de prise de position de la plupart des responsables (Département 13, Grand Site Concors-Sainte-Victoire, élus de la Métropole AMP), alors que le parc éolien jouxte les frontières de nos territoires et empiètent sur des zones Natura 2000. Une bataille perdue, mais un avertissement donné aux investisseurs qui se pressent pour transformer en pôle énergétique "vert" le Haut-Var, sorte de "terra nullius" plus ou moins à l'abandon, mais aussi espace naturel essentiel à la biodiversité.

A ce propos, il encore possible pour quelques jours de donner son avis sur ce lien sur un nouveau parc photovoltaïque situé à Bras, tout près de St-Maximin. Ce projet, en théorie de moins de 10 ha, mobilise en fait 40 ha avec les pistes, dégagements, défrichements. Il s'ajoutera à la couronne d'installations entre A8 et la Durance, qui gèlent littéralement le territoire (traitement du sol pour éviter insectes et plantes, grillages), stérilisent des terres agricoles et contredisent la vocation touristique du Haut-Var (de plus en plus compliqué de cheminer en randonnée entre chasses, propriétés privées et champs solaires ou éoliens…).

(B. de Saint-Laurent, ASV)

lundi 21 septembre 2020

Opération "ramassage de déchets" le long de la D17 le 30 septembre

Rendez-vous est pris entre tous les bénévoles intéressés pour effectuer mercredi 30 septembre 2020 de 10:00 à 12:00 un ramassage des déchets dans les bas-côtés de la route départementale 17 ("route Cézanne), en partant du moulin Cézanne, juste au-dessus de la mairie et de l'église du village.

Ramassage des déchets en 2019

Cette opération était prévue comme chaque année juste après le passage de l'Iron Man, triathlon en définitive annulé, générateur d'une certaine quantité de déchets (qui ne sont pas tous enlevés par l'organisateur, malgré ses dires). L'expérience menée à St-Antonin montre qu'un sac poubelle de 100 l est ramassé pour chaque kilomètre (canettes, bouteilles en verre, étuis de cigarettes, rubaline, kleenex, gel pour sportif, sacs en plastique etc.). Même si l'Iron Man est annulé, l'opération reste utile, les fortes pluies récentes ayant drainé vers les fossés de nouveaux déchets… Et quelques gentils masques sont venus orner les bas-côtés…

Quelques déchets post Iron Man en 2018
Cette année, la paroisse des Chrétiens de Sainte-Victoire (Tholonet, Beaurecueil, Saint-Antonin) est l'initiatrice de cette collecte, dans le cadre de l'année Laudato Si proposée par le Pape François. Les années précédentes, ce sont quelques élus et habitants de St-Antonin qui s'étaient mobilisés. Tous les bénévoles, de quelque origine qu'ils soient, sont bien sûr conviés !

  • Point de rendez-vous : mercredi 30 septembre à 10:00 au Tholonet, Moulin Cézanne (juste au-dessus du feu rouge en venant d'Aix). Prendre impérativement un gilet jaune, des gants, un chapeau, un grand sac type supermarché (l'organisation fournira des sacs poubelles et un apéro pour midi…). Pour ceux qui arriveraient plus tard, le groupe avancera vers l'est (Toscan, carrefour de Beaurecueil).

mercredi 1 juillet 2020

Nord-ouest du Var : des projets énergétiques dommageables pour la biodiversité dans la proximité de Sainte-Victoire


Dans une zone immédiatement contigüe à Ste-Victoire, peu habitée, donc convoitée par les investisseurs en énergies nouvelles qui ont besoin de larges espaces vierges, se développe toute une chaîne de projets consacrés au solaire ou à l'éolien. Cette "monoculture" énergétique n'est pas sans rappeler la monoculture de la vigne qui s'étend ailleurs sur le département du Var… D'un certain point de vue, on peut comprendre la position des élus et des habitants, qui se considèrent abandonnés, sont à la recherche de ressources, et accueillent ainsi volontiers la manne et les espoirs d'emplois apportés par les nouveaux bienfaiteurs. 

Mais ces projets ne sont pas sans danger financier ni sans impact environnemental.
Il faut en effet savoir que la plupart des champs photovoltaïques artificialisent des espaces considérables, souvent traités chimiquement pour éviter que la moindre bestiole ou plante ne vienne diminuer le rendement de l'installation. Bien peu utilisent des méthodes naturelles, moutons par exemple. Pire que cela, les investisseurs se contentent de louer les espaces, souvent aux communes, leur faisant miroiter des royalties, mais laissant ces dernières responsables de la remise en état du site après les 15 ou 20 années d'exploitation (or cela peut être très coûteux de restaurer un site éolien, avec les 1 500 tonnes de béton sous chaque aérogénérateur, le démontage de la machine etc.).

Les éoliennes d'Artigues et l'église de Rians
Le projet d'éoliennes d'Artigues et Ollières, plusieurs fois évoqué, est le plus visible et le plus contesté. A ce jour, la pétition à laquelle s'est associée l'ASV a rassemblé environ 18 000 signatures. Grâce au partenaire qu'est Sites et Monuments, plusieurs actions en justice ont été menées, ce qui n'empêche pas le promoteur Provencialis de poursuivre l'installation à marche forcée, en envisageant une mise en service en septembre 2020. Sur le terrain, les deux-tiers des éoliennes ont été montées, malgré la non-conformité de l'autorisation (de nouvelles obligations, non remplies, pèsent sur ce type d'installations) et la mort d'un ouvrier sur le chantier. Une décision du Préfet du Var enjoint le promoteur de déposer une nouvelle étude d'impact environnemental, ce qui ne manquera pas de conduire à une nouvelle enquête publique et donc à un renforcement de la contestation. Sans doute par peur des conséquences lointaines (financières, entre autres), le maire d'Ollières aurait produit un arrêté interruptif de travaux pris sur le fondement de ses pouvoirs de police générale (cf. projet sur ce lien). Il est possible que, comme pour le lamentable projet de centrale biomasse de Gardanne, l'on s'oriente vers une situation perdant-perdant, dans laquelle le projet rencontrera de grandes difficultés de mise en œuvre, avec un énorme gaspillage de ressources et une contestation grandissante (en particulier sur la justification de la rente indue versée à l'opérateur).

Mais d'autres projets existent, comme celui du champ solaire de St-Martin de Pallières, en apparence plus vertueux, puisque au bénéfice direct de la commune, qui en serait l'opérateur (mesure-t-elle bien tous les risques?). Un immense terrain (8 ha?) a été mis à nu au sud-ouest de St-Martin. Un permis de construire va être déposé selon cet article de Var-Matin.

Eoliennes et haute tension sur Artigues
S'appuyant sur les ressources de ces territoires du nord-ouest du Var (espace, soleil, vent), la multiplication des projets d'énergies nouvelles va à l’encontre du schéma régional de cohérence écologique PACA. Ce dernier prévoit une trame verte continue depuis les Alpes et l’Italie vers le Mercantour, le Parc du Verdon, Canjuers, Cadarache et le Grand Site Concors-Ste-Victoire). C'est effectivement le parcours que semble suivre la faune, loup ou chamois par exemple (qui ont fait leur apparition dans Sainte-Victoire depuis quelques années). L'occupation de très vastes champs solaires ou éoliens entre l'autoroute A8 et le Val de Durance crée une coupure très dommageable pour la biodiversité et le Préfet du Var comme la DREAL devraient s'en préoccuper. Il est vrai que ces territoires avaient déjà une finalité énergétique dans le passé, puisque cette chênaie rabougrie était systématiquement recépée (coupée à blanc) pour la production de charbon de bois ou de bois de chauffage pour Aix, Marseille, Toulon. Cette région dominée, sans revenus, victime de la déprise agricole, à l’écart des grands axes, mais magnifique, a peu de défenseurs et est déjà très abîmée par ces nouvelles infrastructures, au détriment du tourisme vert, du pastoralisme ou de l'agriculture biologique que promeuvent certaines autorités.

(B. de Saint-Laurent, administrateur, ASV)

mercredi 24 juin 2020

Trophée d'argent pour le film sur les 30 ans du feu de Sainte-Victoire au 9e festival de Deauville Green Awards


Le film sur les 30 ans du feu de Sainte-Victoire, visible sur ce lien, réalisé par Maxime Giacometti et produit par le Grand Site, mais aussi travail collectif de beaucoup d'acteurs de la résurrection du massif, a reçu le 18 juin 2020 à Deauville une belle reconnaissance de la part du jury des "Green Awards". 

Le film avait été sélectionné début juin comme finaliste parmi 375 films venant du monde entier et consacrés à l'environnement. Au-delà de la commémoration de l'incendie, le film a valeur pédagogique en insistant sur la fragilité de cet espace naturel exceptionnel qu'est Sainte-Victoire.

(Info transmise par Christiane Capus, du Grand Site Concors-Sainte-Victoire)

samedi 16 mai 2020

Déconfinement dans le massif de Sainte-Victoire

On le sentait dès avant le 11 mai : la pression des visiteurs était grande pour revenir dans leur massif préféré... Les voitures garées hors parkings étaient déjà nombreuses...
Anes devant la maison Ste-Victoire à St-Antonin le 7 mai 2020

Le Grand Site a annoncé que tous les parkings sont accessibles depuis ce samedi 16 mai 2020. Le Prieuré de Sainte-Victoire restera fermé jusqu’à nouvel ordre. Il note également que certains sentiers de la montagne sont toujours concernés par une interdiction ou des restrictions pour des raisons de sécurité ou de préservation de la biodiversité : Noir de Vauvenargues, Jaune de la Savonnette, aire de décollage des parapentes du Rouge de l’Escalette.

Le Grand Site incite aussi les visiteurs à ne pas se jeter sur le coeur du massif, toujours fragile et rapidement sur-fréquenté. Il évoque une offre de découverte élargie, qui répond à la fois à la soif de grand air, à la protection de la nature, au besoin de sécurité et aux contraintes réglementaires. Cliquez ici pour découvrir les offres de balades que compte le Pays d'AixAinsi, pour des balades avec un panorama fabuleux sur Sainte-Victoire, pourquoi ne pas profiter du récent GR de Pays « Provence, Mines d’énergie » ?

(Bénédict de Saint-Laurent, ASV)

vendredi 17 avril 2020

Eoliennes à l'est de Sainte-Victoire : éléments nouveaux et pétition à signer

Déjà très contesté, le projet d'éoliennes sur les communes d'Artigues et Ollières a subi plusieurs avanies ces derniers temps, dont hélas la mort d'un ouvrier sur le chantier et la position nettement moins favorable du Président de la République et du Gouvernement sur l'éolien.

Pas moins de 12 associations, conduites au plan national par Sites et Monuments et Vent de Colère, et incluant l'Association pour Sainte-Victoire (ASV) et certaines associations affiliées, ont décidé de se coordonner pour adresser une pétition conjointe aux autorités que vous pouvez signer ici.

Entre temps, l'ASV a produit une réflexion sur ce projet de l'est Var, résumée dans le document téléchargeable ici. Se substituant aux défaillances du maître d'ouvrage et des services de l'Administration, l'ASV a également réalisé, avec les moyens du bord, plusieurs photomontages montrant l'impact visuel du projet dans un secteur déjà lourdement investi en projets énergétiques :  voir cet autre lien.

Nous invitons tous nos membres et nos lecteurs à signer cette pétition et à diffuser largement cette information. La pétition est soutenue au plan national par Stéphane Bern.

(Laurent Coursol, Président de l'ASV, Jean-Paul Bouquier, secrétaire de l'ASV, Bénédict de Saint-Laurent, administrateur ASV)



jeudi 26 mars 2020

Première et tardive neige sur la Sainte


Pour la première fois de l'hiver (alors qu'on est déjà au printemps, ce 25 mars 2020 jour de l'Annonciation), Sainte-Victoire est toute poudrée d'une mince couche de neige… La montagne a mis une petite laine, dont elle va vite se débarrasser... 


On trouvera ci-contre et ci-dessous quelques images dues aux caméras de vidéosurveillance et à un habitant. Après un hiver très doux (pluvieux en 2019, mais très sec depuis fin janvier 2020, cf. photo de mottes "brûlées" par un labour trop profond), le printemps est arrivé très tôt -certains genets fleurissent déjà, ainsi que des arbres de Judée...

(B. de Saint-Laurent, ASV)