Pour visualiser correctement ce blog, utiliser de préférence les navigateurs gratuits Firefox ou Chrome (avec Internet Explorer, certains textes ne s'affichent pas correctement)

mardi 15 mai 2018

Pratiquez-vous le plogging?


Oui, sans doute, sans le savoir, comme M. Jourdain faisait incognito de la prose…  Mélange de ramassage (pick-up, plocka upp…) et de jogging, cela consiste à ramasser les (petits) déchets tout en courant, randonnant ou marchant… Née dans les pays scandinaves et aux Etats-Unis, cette pratique vertueuse a l'avantage de nettoyer l'environnement tout en ajoutant un petit plus sportif (et aléatoire!)  au long du parcours (se baisser en pliant bien les jambes). Gants et sac poubelle améliorent l'efficacité de la collecte (encore que l'on puisse assez facilement trouver des sacs plastiques dans les bas-côtés de route…).

Les vrais montagnards connaissent, qui transportent leurs déchets et parfois ceux des autres. Car comme dit le proverbe catalan, " el residu genera els residus", ce qui peut se traduire par "le déchet appelle le déchet"…

Si vous êtes libre en semaine, venez donc ce jeudi 17 mai 2018 à Saint-Antonin (rendez-vous à 10 h sur la place du village, à côté de la Maison Sainte-Victoire) pour une collecte de bords de route. Ceux-ci, bien que propres quand ils sont vus de loin, sont en fait quelque peu pollués par les derniers événements sportifs du type Iron Man ou Trail Sainte-Victoire ou encore par certains visiteurs trop généreux. Les organisateurs prétendent certes tout nettoyer après coup, mais l'expérience prouve, comme pour la chasse aux œufs de Pâques, que l'on a des petites surprises longtemps après… Rubalise par ci, gel dopant par là… Et cannettes alu, bouteilles de verre, paquets de cigarettes et mouchoirs en papier partout…

(Barbara Robion, Michèle de Saint-Laurent, équipe municipale de St-Antonin)

dimanche 13 mai 2018

Un triathlon dantesque... et dangereux

L'Iron Man 70-3 d'Aix avait lieu ce dimanche autour de Sainte-Victoire. Après une épreuve de natation sans problème (l'eau du lac de Peyrolles était restée relativement tiède après les chaleurs de la semaine écoulée), les concurrents ont abordé entre 9h et 10 h du matin le parcours cycliste de 90 km contournant le massif via Ginasservis, Rians et Pourrières.

Quand les premiers triathlètes sont arrivés après Puyloubier sur les hauteurs du Cengle en vélo, la pluie présente depuis le matin a redoublé. Puis, après le passage d'une cinquantaine de coureurs, un nuage épais de brume, accompagnée par du vent, attendait les suivants en arrivant sur le plateau du Cengle - faisant tomber brusquement la température ressentie d'une dizaine de degrés (selon le témoignage de plusieurs coureurs).

Beaucoup de participants couraient épaules nues ou très faiblement couverts. Dès lors, la course est parfois devenue un véritable calvaire. Plusieurs triathlètes ont été victimes d'hypothermie. Des dizaines de vélos ont été abandonnés à différents carrefours (photo). Certains coureurs frigorifiés se sont réfugiés chez des particuliers, d'autres à la maison Ste-Victoire. Il a fallu ouvrir le relais Cézanne au Tholonet. La gendarmerie et les bénévoles de l'organisation ont gardé le matériel abandonné pour éviter tout pillage. Des bus ont acheminé vers Aix les participants ayant renoncé.


A cause du froid soudain (et pourtant annoncé par la météo) et de la pluie parfois violente, plusieurs cyclistes ont fait des chutes, au moins un à percuté une voiture, et certains ont été hospitalisés. Le site officiel de la course fait état de 544 abandons (pour 2029 partants à Peyrolles). Une vidéo officielle minimise les difficultés éprouvées par certains, tout en ne pouvant éviter de montrer les conditions climatiques "limites" (et certains coureurs enveloppés d'une couverture de survie). Heureusement, aucun accident grave ne semble avoir été signalé...

En 2016, l'épreuve de natation avait été annulée à cause du froid. Il est assez incompréhensible que les organisateurs aient maintenu cette année le parcours cycliste – avec en particulier la dangereuse descente de St-Antonin et ses coulées de terre ou de gravier en cas d'orage. Une déviation par Châteauneuf le Rouge aurait sans doute été préférable.

Cette course, qui a ses beaux côtés -l'exploit de tous ces sportifs passionnés, la mobilisation de bénévoles, la beauté du site-, est aussi discutable par l'absence de retombées pour les territoires traversés, par une gêne pour les habitants et visiteurs (fermeture de la route) et par le côté mercantile de l'organisation (droits d'inscription de 250€, le double des triathlons "libres"). Sainte-Victoire n'est qu'un décor "marketing", sans grande considération ni respect pour la vie du massif. Autre détail choquant: l'habituel marché du samedi matin à Aix a été fermé ce samedi, pour cause d'occupation du Cours Mirabeau, vitrine de l'épreuve et de ses stands. Tant pis pour les Aixois...

(B. de Saint-Laurent, ASV)

samedi 12 mai 2018

Pèlerinages et autres ascensions spirituelles ou culturelles



Plusieurs "Roumavagis" (pèlerinages) ont été célébrés ce printemps sur le massif, et tout d'abord, le dimanche 29 avril 2018 au Prieuré de Sainte-Victoire, avec la bénédiction des vitraux par Mgr Dufour, archevêque d'Aix, en présence de nombreux amoureux du massif (après l'inauguration, la veille, du cloître reconstruit par l'association des Amis de Sainte-Victoire). 
Ces célébrations ont été quelque peu ternies par la mort le samedi 28 avril de Marc Roussel, Président de cette association de 2010 à 2015. On peut lire sur ce lien l'homélie du Père Dufour ("La lumière est invisible, et le vitrail la donne à voir").*

Un autre Roumavagi a été célébré sur la place de Saint-Antonin-sur-Bayon, à l'occasion de la bien nommée fête de l'Ascension le jeudi 10 mai 2018 (photo).


Signe des temps sans doute, cette même journée et ce même lieu ont vu :

/ démarrer à Saint-Antonin la marche pour les migrants Vintimille-Calais, avec une bonne centaine de marcheurs salués depuis la place du village par une autre centaine de fidèles (ceux du Roumavagi); 
/ et lancer une plus intellectuelle "Ascension d'Elzéar" (le dernier ermite qui aurait séjourné au Prieuré), animation organisée par diverses autorités et associations au titre du GR 2013 et qui a drainé quelques dizaines de participants avides de connaissances sur le "système vertical des ermites" (sic), les incontournables dinosaures, ou encore les plantations à la mode de l'Association de reboisement du Cengle (ARPCV) –le tout conclu par le dernier épisode de la geste d'Elzéar sur l'oppidum de Saint-Antonin au coucher du soleil. Vaste et ambitieux programme…

(Bénédict de Saint-Laurent, ASV)
* Par ailleurs les Amis de Sainte-Victoire ont publié les dates de fermeture du Prieuré.Voir sur leur site ici.