Pour visualiser correctement ce blog, utiliser de préférence les navigateurs gratuits Firefox ou Chrome (avec Internet Explorer, certains textes ne s'affichent pas correctement)

jeudi 5 mars 2015

Le champ du Chinois, pourquoi?



Cette question m'a été posée par Georges Flayols, éminent parapentiste, photographe et membre de l'ASV –et j'y réponds volontiers. Peu après le grand incendie de 1989, les projets les plus fantaisistes fleurirent sur la montagne calcinée. Beaucoup furent heureusement abandonnés. Mais un jeune et opiniâtre artiste chinois, Huang Yongping, en résidence à l'Ecole des Beaux-Arts d'Aix-en-Provence, réussit à mener à bien sa drôle d'installation, le "Sacrifice au Feu" (cf. présentation résumée). Malgré les protestations des
3 des 8 oratoires, devant l'oppidum calciné
habitants (non contre le geste artistique, mais contre le côté provocateur d'une célébration de l'incendie pour des gens qui vivaient dans la cendre et l'odeur de brûlé depuis plusieurs mois), le maire de Saint-Antonin donna l'autorisation d'ériger 4 cages mobiles contenant respectivement du bois brûlé, de la terre calcinée, des extincteurs et 600 kg de journaux, 8 oratoires en ferrociment de 3,50 m de haut (censés célébrer le cycle de la vie et de la mort du feu), ainsi qu'un talisman sous formes de bandes de plâtre dessinées sur les pentes (et élément "non interprétable", de l'avis même de son auteur…). Le lieu choisi en définitive (l'artiste avait d'abord pensé aux pentes de l'oppidum d'Untinos) fut la grande prairie à l'est du parking des Deux Aiguilles et la petite colline qui surmonte cette prairie (aujourd'hui très populaire pour le pique-nique familial et hélas les drones...).



Les 4 cages mobiles
L'installation n'eut guère de succès. Nulle trace n'en fait part sur internet. Les cages mobiles restèrent quelque temps, puis furent discrètement embarquées, comme les oratoires. Seules les reliques des bandes de plâtre et ce chaux (rayures espacées d'un mètre, sur une centaine de mètres) interpellèrent parfois les parapentistes  - Sainte Victoire n'est pourtant pas une montagne aztèque, malgré les géoglyphes à nouveau tentées lors de la Transhumance de 2013. Quant à Huang Yongping, à en croire sa biographie sur Wikipedia, il est resté en France et reste marqué par l'absurde, la déconstruction et le feu, comme en témoigne cette déclaration fracassante : "L'œuvre d'art est à l'artiste ce que l'opium est à l'homme. Avant que l'art soit détruit, la vie n'est jamais paisible. Dada est mort. Attention au feu." Bref, mystère et boule de gomme. Perplexes, mais loyaux, les Saint-Antonéliens baptisèrent le lieu du joli nom de "champ du Chinois". Et cela du moins est resté…

(Bénédict de Saint-Laurent, ASV)

1 commentaire:

  1. Depuis le champs du Chinois, il en a fait du chemin l'artiste !! Actuellement (Mai2016) au Grand Palais avec son serpent géant ! Ouf ! On l'a échappé belle ! :)
    Georges Flayols

    RépondreSupprimer